Avec près de 1300 nouveaux membres chaque année, le Barreau de Paris ne manque pas de sang neuf. Mais l’attractivité de la profession d’avocat pose des problèmes de revenus pour beaucoup d’avocats: les différences d’honoraires perçus entre avocats d’affaires et avocats « plaidants » ne cessent de croître.

« « Le fossé s’est agrandi entre les différents modes d’exercice de la profession avec, à chaque extrême, les grands cabinets anglo-saxons, spécialisés en matière économique et financière, et des avocats menacés de paupérisation, qui assistent dans des conditions difficiles les plus modestes de nos concitoyens. ». Le constat vient du président de la République lui-même, dans la lettre de mission adressée le 30 juin 2008 à Jean-Michel Darrois pour son rapport sur la « grande profession du droit ». Et il résume parfaitement la situation du barreau de Paris, qui regroupe 22.000 avocats, soit 41 % du barreau français. C’est en effet l’un des barreaux où la situation est la plus contrastée entre des avocats d’affaires aux revenus souvent très confortables et des avocats dont le rôle se cantonne aux plaidoiries avec des honoraires qui ne dépassent parfois pas le SMIC. Un avocat sur quatre, dans toute la France, gagne ainsi moins de 2.000 euros par mois d’honoraires (une somme à laquelle il faut soustraire les charges liées à l’exercice libéral).

Un métier toujours attractif

Malgré cette situation financière délicate pour certains professionnels, l’attrait du métier d’avocat ne se dément pas. Chaque année, rien qu’au barreau des Paris autour de 1.300 nouveaux avocats viennent prêter serment, avec de plus en plus de femmes (plus d’un avocat sur deux est une femme). Un flot de professionnels que certains souhaiteraient limiter en instaurant un numerus clausus, à l’image de ce qui existe pour les notaires par exemple, mais aussi pour les avocats qui plaident devant le Conseil d’Etat et la Cour de cassation.

Le rapport des députés UMP Jean-Pierre Marcon et Christine Marin de janvier 2009, qui allait en ce sens, avait déclenché de vives réactions dans la profession. Les avocats français font en effet valoir qu’ils restent très peu nombreux par rapport à leurs homologues européens. L’Allemagne compte ainsi près de 140.000 avocats, mais 10 % exercent en entreprise, un statut qui n’existe pas (encore) en France. Le Royaume-Uni compte pour sa part plus de 150.000 « lawyers members of the Bar » et l’Italie regroupe plus de 120.000 avocats en exercice. Des chiffres à prendre toutefois avec précaution car l’exercice professionnel des robes noires recoupe dans certains pays celui des notaires ou des avoués. »

Source : Les Echos

The following two tabs change content below.
Linkin
LINKIN est une agence de communication pour avocat (ou cabinet d'avocats), notaire, huissier. Spécialiste des professions juridiques nous les accompagnons dans tous les aspects de leur communication (site internet, référencement, campagne Adwords, plaquette, logo, relations presse).