Le Conseil National des Barreaux, réuni en Assemblée générale les 12 et 13 mars 2010, a examiné l’avant projet de Code de procédure pénale soumis à concertation et adopté une résolution déclinant les propositions que le Conseil National des Barreaux soumettra à la Chancellerie.

● Il rappelle ses précédentes délibérations par lesquelles il indiquait que la suppression du juge d’instruction doit être accompagnée d’une réforme d’ensemble de la justice permettant aux procureurs de bénéficier d’une réelle indépendance fonctionnelle, découlant de leur nomination conforme à la proposition du Conseil supérieur de la magistrature.

● Le futur Code devra de même respecter le principe de l’égalité des armes en renforçant les droits de la défense et donc le contradictoire pendant toute l’enquête, dans le cadre des standards constitutionnels et conventionnels définissant le procès équitable.

Le Conseil National des Barreaux constate à cet égard que la création du juge de l’enquête et des libertés et du Tribunal de l’enquête et des libertés ne répond pas en l’état à ces exigences.

● S’agissant du contrepoids indispensable aux pouvoirs accrus du parquet et de la police judiciaire, celui-ci ne peut être qu’un juge du siège agissant dans le cadre d’une collégialité, dépositaire de manière permanente de la procédure, les parties pouvant le saisir directement.

● Concernant les droits de la défense, le Conseil national propose que toute personne faisant l’objet d’une audition dans les services de police ou par le parquet puisse être accompagnée de l’avocat de son choix ou qu’il lui en soit désigné un, si nécessaire.

● S’agissant de la garde à vue, elle devrait être autorisée par un magistrat dès son origine en application du principe de l’habeas corpus.

● De même, l’avocat doit pouvoir être présent pendant toute la durée de la garde à vue afin de pouvoir assister de façon efficace et concrète le retenu.

Ceci passe par l’accès au dossier, la présence aux auditions et confrontations, et la possibilité de solliciter des actes.

Le Conseil National des Barreaux demande la disparition de tous les statuts dérogatoires (grande criminalité, stupéfiants, terrorisme).

● Toutes les gardes à vues devront faire l’objet d’un enregistrement audiovisuel.

● Le droit au silence devra être restauré et des délais butoirs pour la détention provisoire devront être instaurés.

Bien évidemment, l’accroissement conséquent des moyens matériels nécessaires à l’exercice de la défense, notamment lorsqu’elle intervient au titre de l’aide juridictionnelle, est indispensable.

● Toute réforme cohérente de la procédure pénale doit être fondée sur un renforcement considérable des droits de la défense.

Telles sont les propositions que le Conseil National des Barreaux soumettra à la Chancellerie lors de son audition.

Source : cnb.avocat.fr

The following two tabs change content below.
Linkin
LINKIN est une agence de communication pour avocat (ou cabinet d'avocats), notaire, huissier. Spécialiste des professions juridiques nous les accompagnons dans tous les aspects de leur communication (site internet, référencement, campagne Adwords, plaquette, logo, relations presse).